Oscar Wilde : Une biographie chronologique de l’auteur du Portrait de Dorian Gray

Par Napoleon Sarony — Metropolitan Museum of Art, Domaine public.

Plus d’un siècle après sa mort, Oscar Wilde est peut-être plus connu pour sa vie personnelle, sa forte personnalité et son emprisonnement pour son homosexualité.

Dédié aux principes de l’esthétisme, Oscar Wilde est considéré comme l’un des grands de la fin de l’ère victorienne, qui aura écrit entre autres le classique Le Portrait de Dorian Gray ou la pièce l’importance d’être constant. Ses traits d’esprit, sa plume acérée en font un auteur qui captive.

16 octobre 1854 Naissance d’Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde à Dublin. Deuxième fils du chirurgien William Robert Wilde et de la poétesse irlandaise Jane Elgee.
1855 La famille déménage au 1 Merrion Square où leur fille Isola voit le jour deux ans plus tard (2 avril 1857). Le couple y reçoit l’élite culturelle et médicale de la ville, des réunions le samedi après-midi qui réunissent parfois jusqu’à une centaine d’invités.
1864 Le père d’Oscar est fait chevalier. Élevé comme une fille jusqu’à ses 7 ans et éduqué à domicile jusqu’à ses 9 ans, Oscar fréquente ensuite avec son frère la Portora Royal School, à Enniskillen, établissement qui se vantait d’être l’« Eton irlandais ».
1867 Sa sœur Isola meurt à 11 ans d’une méningite. Son poème Requiescat lui est dédié.
15 mai 1870 Oscar Wilde remporte le prix Carpenter à son école pour ses études sur le Nouveau Testament grec.
10 novembre 1871 Wilde quitte Portora avec une bourse royale et rejoint le prestigieux Trinity College. Il fréquente cet établissement de 1871 à 1874 en compagnie de son frère.
1874-1878 Wilde poursuit ses études au Magdalen College d’Oxford où il continue d’exceller sur un plan académique. C’est également là qu’il s’essaie pour la première fois à la fiction. Son poème Ravenna sera récompensé du prix Newdigate. Sur place, il s’implique par ailleurs dans le mouvement athée.
19 avril 1876 Le père d’Oscar meurt à cause d’une surcharge de travail.
1879 Après ses études, Wilde s’installe à Londres avec son ami Frank Miles, un portraitiste populaire dans la haute société.
1881 Oscar Wilde publie son premier recueil, sobrement intitulé Poems. Bien que le succès que l’ouvrage obtient soit modeste, cela est suffisant pour établir Wilde comme un auteur à suivre.
2 janvier 1882-27 décembre 1882 Il se rend à New York pour faire un tour publicitaire où il délivrera 140 lectures en 9 mois. Sur place, Wilde rencontre des figures littéraires américaines importantes, dont Walt Whitman qu’il admire particulièrement.
1883 Oscar Wilde n’est pas du genre à chômer. À peine fini le tour aux Etats-Unis qu’il s’embarque dans un autre en Angleterre et Irlande qui ira jusqu’à la mi-1884. Sa future femme Constance Lloyd assiste à la première lecture qu’il donne à Dublin. Il écrit La Duchesse de Padoue (The Duchess of Padua) cette année-là.

C’est au cours de cette période qu’il s’impose comme un leader du mouvement esthétique, qui met l’emphase sur la poursuite de la beauté plutôt que la promotion d’un point de vue politique ou social.

Citation d’Oscar Wilde

29 mai 1884 Oscar Wilde épouse Constance Lloyd à Londres. C’est une journaliste et féministe.
1er janvier 1885 Naissance de Cyril, le premier fils du couple.
14 décembre 1886 Naissance de Vyvyan, le second fils du couple.
1886 il rencontre Robert Ross qui devient son amant et sera plus tard son exécuteur.
1888 Wilde entre dans une période productive de 7 ans. Il publie en 1888 Le Prince heureux et autres contes (The Happy Prince and Others Stories), un recueil de contes de fées.
1887-1889 Il devient rédacteur en chef de The Woman’s World, un populaire magazine qui est tombé en désuétude. Wilde l’aide à regagner en popularité en élargissant sa ligne éditoriale en dépassant le style vestimentaire et s’intéressant à ce que les femmes pensent et ressentent. C’est pour lui un organe d’expression pour les femmes sur tous les sujets et un magazine que les hommes pourraient lire avec plaisir.
20 juin 1890 Publication dans sa première version du classique Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray). Le roman est le produit d’une commande de l’éditeur américain J.M Stoddart pour sa revue, le Lippincotts Monthly Magazine. L’ouvrage fait polémique parmi les critiques anglais en 1891 qui ne remettent pas en cause les talents de l’auteur, mais lui reproche d’illustrer des thèmes portant atteinte à la morale publique

L’auteur ne se défile pas et répond aux critiques. Cela donnera entre autres l’essai Le Critique comme artiste.

1891 Oscar Wilde rencontre Lord Alfred Douglas de Queensberry. Les deux hommes mènent une vie débridée et affichent en public leur homosexualité. Personne ne sera choqué d’apprendre que le père d’Alfred désapprouvait cette relation. Cela aura de lourdes conséquences…
1891 Publication du recueil Le Fantôme de Canterville et autres nouvelles (Lord Arthur Savile’s Crime and Other Stories)
1892 Sa pièce L’Éventail de Lady Windermere (Lady Windermere’s Fan) est un véritable succès qui pousse Wilde à choisir d’être avant tout un dramaturge. Il écrit Salomé, mais la pièce ne pourra pas être produite dû à une vieille loi qui empêche la représentation théâtrale de personnages bibliques.
1893 Une autre pièce, un autre succès. Cette fois-ci avec Une femme sans importance (A Woman of No Importance), écrite en 1892. Salomé est publié en français (et l’année suivante en anglais). L’Éventail de Lady Windermere est aussi publiée au cours de cette année. Jusque-là, tout va bien !

1895 Écrite en 1894, L’Importance d’être Constant (The Importance of Being Earnest) est produite au St James Theatre, alors que l’on peut voir Un mari idéal (An Ideal Husband) au Haymarket Theatre. Il est alors au sommet de sa carrière dans le monde du théâtre. Sur un plan privé, par contre, cela se corse.
Toujours 1895 Au début de cette année, le marquis de Queensberry demande à Wilde de s’éloigner de son fils. C’est là que Wilde prend une mauvaise décision en intentant un procès pour diffamation après avoir reçu la note où le marquis le décrivait comme Somdomite. Il va perdre et le marquis va se retourner contre lui.
6 avril 1895 Début du premier procès intenté contre Wilde. Un véritable spectacle se joue, les joutes verbales entre l’avocat et le dramaturge transformant le tribunal en pièce de théâtre.
6 avril 1895 Oscar Wilde est arrêté. S’ensuivent deux procès.
25 mai 1895 Oscar Wilde est condamné à deux ans de travaux forcés en vertu de la loi de 1885 interdisant l’homosexualité. Ses biens sont confisqués pour payer les frais de justice et il doit déclarer banqueroute en novembre.
1895-1897 Après 14 mois de travaux forcés et suite à son transfert de la prison de Reading, Oscar Wilde obtiendra le droit de la part du directeur de posséder un petit matériel d’écriture et la permission d’écrire à condition que tout soit remis aux autorités pénitentiaires chaque soir. Il produira au cours de cette période de la correspondance, sa longue lettre adressée à Alfred Douglas sera publiée plus tard sous le nom de De Profundis. Cette période sera fatidique pour Wilde, qui ressortira affaibli physiquement et psychologique et sans le sou.
3 Février 1896 Décès de Jane Wilde, la mère d’Oscar Wilde.
1897 Peu de temps après sa libération, Wilde s’exile en France sous le nom de Sébastien Melmoth. Il finira par retrouver Alfred Douglas le 28 août. Les deux amants vont s’installer à Naples où ils mènent une vie confortable jusqu’au moment où Constance découvre la situation. Elle coupe les vivres à son mari.

S’ensuit pour l’auteur une période de déchéance dont il ne sortira pas.

1898 Publication du long poème La Ballade de la geôle de Reading, inspiré par son séjour en prison et écrit lors de son exil en France. Le nom de Wilde n’apparait pas.
7 avril 1898 Décès de Constance Mary Lloyd, l’épouse de Wilde, des suites d’une intervention chirurgicale. Elle était atteinte d’une sclérose en plaques.
28 octobre 1900 Oscar Wilde se convertit au catholicisme.
30 novembre 1900 Oscar Wilde meurt probablement d’une méningite en exil volontaire à Paris et sans le sou. Il a 46 ans.
1909 Initialement enterrés au cimetière de Bagneux, ses restes sont transférés au cimetière du Père-Lachaise, division 89, à Paris. Le tombeau a été sculpté par Jacop Epstein entre 1912 et 1914. Le monument tire son inspiration d’un taureau ailé assyrien, conservé au British Museum.

La tombe d’Oscar Wilde, après restauration en 2011 et l’installation de des vitres plastiques.