Histoire

Marianne North, Chasseuse de plantes (1830-1890)

  • par

Marianne North (1830-1890)Marianne North et son père Frederick North se rendaient souvent dans les jardins botaniques royaux de Kew. Au cours d’une de leur visite, le directeur, botaniste et ami de la famille William Jackson Hooker offrit à Marianne un bouquet suspendu de l’Amherstia nobilis, une plante originaire de Thaïlande et de Birmanie qu’elle décrivit comme ‘une des plus grandioses fleurs qui existe’. Nous étions en 1856 et Marianne nourrissait le désir ardent de se rendre dans un pays tropical pour y peindre sa végétation.

Botaniste, illustratrice et voyageuse hors du commun, Marianne North est née le 24 octobre 1830 à Hastings au sein d’une riche famille victorienne. Ainée d’une famille de trois enfants, Marianne était très proche de son père Frederick North, un riche propriétaire terrien et député libéral du comté de Hastings. Sa mère Janet était la fille de Sir John Marjoribanks, baron de Lees et député écossais.

Lire la suite »Marianne North, Chasseuse de plantes (1830-1890)

Les « épouses-tabacs » de Jamestown

  • par
Jamestown serie tv anglaise

Les héroïnes de la série Jamestown : Les conquérantes, inspirées par les épouses-tabacs.

Elles ont été appelées les mariées de Jamestown, les épouses-tabacs (tobacco wives) ou encore les mariées par correspondance (mail-order brides). Ces noms et bien d’autres furent donnés aux femmes qui ont immigré d’Angleterre pour s’installer à Jamestown, en Virginie au XVIIIe siècle, pour assurer l’avenir de la colonie.

Première colonie britannique permanente sur le continent américain (Roanoke ayant disparu dans d’étranges circonstances), Jamestown fut fondée le 14 mai 1607 au nom de la Virginia Company of London. Trois vaisseaux composaient la flotte, avec un équipage purement masculin, ayant pour but d’explorer et de déterminer comment bien utiliser les ressources de la Virginie pour que la compagnie puisse en tirer profit.Lire la suite »Les « épouses-tabacs » de Jamestown

Élisabeth Ire et le bonhomme de pain d’épices

  • par

Le bonhomme de pain d’épices ou « Gingerbread Man » n’est pas qu’un personnage de contes merveilleux. C’est aussi un biscuit en pain d’épices que l’on retrouve traditionnellement en hiver et dont on doit l’invention à la Reine Élisabeth Ire (1558-1603).

Revenons d’abord un peu en arrière : le gingembre fait son arrivée en Europe au Moyen-âge, avec le retour des Croisés après des années à se battre au Moyen-Orient. Les boulangers l’utilisent ainsi pour en faire des biscuits qui se vendent dans les foires.Lire la suite »Élisabeth Ire et le bonhomme de pain d’épices

George II (roi de Grande-Bretagne) en 5 faits

  • par

C’est le 22 juin 1727 que George II (né Georg August) devint roi de Grande-Bretagne après avoir porté le titre de prince hérité pendant plus de 12 ans. Il succède à son père George Ier, et influa peu durant son règne sur la politique intérieure du pays, majoritairement contrôlée par le Parlement de Grande-Bretagne.

Pendant longtemps, George II était peu respecté dû à ses maitresses, son impatience et sa muflerie. Son héritage a été depuis réévalué et on lui reconnait maintenant avoir influé quelque peu sur la politique étrangère et les nominations militaires.

Retour sur le roi George II et son règne en 5 faits :

Le dernier monarque britannique né hors de Grande-Bretagne

Né un 10 novembre 1683 à Hanovre, où il a également grandi, George II est le dernier monarque britannique à naitre hors de la Grande-Bretagne. Lorsque l’Acte d’établissement de 170 réserva la succession aux protestants, 50 héritiers catholiques furent exclus, et c’est ainsi que sa grand-mère Sophie de Hanovre devint la seconde dans l’ordre de succession au trône. Après la mort de cette dernière et d’Anne de Grande-Bretagne, son père George Ier, électeur de Hanovre, accéda au trône.

George parla seulement le français jusqu’à ses 4 ans, la langue de la diplomatie à la Cour. Il apprit ensuite l’allemand, et reçut des cours d’anglais et d’italien, ainsi que de généalogie, d’histoire et de tactiques miliaires.Lire la suite »George II (roi de Grande-Bretagne) en 5 faits

6 inventions et découvertes de l’époque victorienne

  • par

La période victorienne fut marquée par de nombreuses inventions et découvertes qui modifièrent les voyages et les moyens de communication, améliorèrent le confort et la santé de la population de l’époque. Ces progrès ouvraient des opportunités pour riches et pauvres.

Si bien des inventions de l’époque font partie aujourd’hui de notre quotidien et qu’on n’imagine pas notre vie sans, nombreuses ont ainsi fait leur apparition durant le règne de Victoria. Coup de projecteur sur 6 d’entre elles :

Le Chocolat (1873)

Tout commence à Bristol en 1780, lorsque Joseph Fry (père) ouvre une manufacture de pâte de chocolat — J.S. Fry & Sons — dont la production est destinée aux drogueries et pharmacie de la ville. Son fils, aussi appelé Joseph Fry, lance la première broyeuse hydraulique pour les fèves de cacao en 1795. En découle une plus grande production de pâte de chocolat stimulant sa consommation sous forme de boissons, pastilles, gâteaux, bonbons et bien entendu, toujours dans des préparations médicales. La manufacture Fry vend alors également son chocolat aux confiseurs, aux gérants de chocolate house, et aux cuisiniers réputés.Lire la suite »6 inventions et découvertes de l’époque victorienne

Le roi Édouard VII en 5 faits

  • par

C’est le 22 janvier 1901 qu’Édouard VII devint Roi du Royaume-Uni et des dominions, après avoir porté le titre de prince de Galles pendant près de 60 ans. Il succède à sa mère Victoria, après un long règne où il fut tenu à l’écart des questions politiques.

Édouard VII arriva déjà âgé sur le trône et n’eut pas le temps d’assumer complètement son rôle, avant de mourir le 6 mai 1910. Malgré tout, il fut bien plus efficace que ce qui était attendu, et son règne fut marqué par d’importants changements technologiques et sociaux.

Retour ainsi sur le roi Édouard VII en 5 faits :

numero-1

Une relation conflictuelle avec sa mère

Disons-le : Victoria ne fut pas tendre avec Albert Edward, aka Bertie ! Et ce, dès sa naissance. Souffrant à l’évidence de dépression post-partum après son accouchement, elle ne cessa de se plaindre de son fils, le décrivant comme moche et trop affreux pour porter le même nom que son père. Elle l’appelait même juste « garçon » pour ne pas dire son prénom.

Elle ira, des années plus tard, jusqu’à accuser Bertie d’avoir causé la mort de son père avec son comportement immoral — celui-ci étant mort peu de temps après la découverte de la liaison entre le futur roi et l’actrice Nellie Clifden.Lire la suite »Le roi Édouard VII en 5 faits

Londres au XVIIIe siècle

  • par

Londres au 18e siècleLe 18e siècle fut une période de croissance rapide pour Londres, qui passa d’environ 600 000 habitants en 1700 à 950 000 en 1800. Cela signifia qu’à la fin de ce siècle, plus d’un dixième de la population de Grande-Bretagne était installé dans la capitale et Londres devint ainsi la plus large ville d’Europe. Naturellement, cela est marqué par le développement de banlieues, Londres s’étendant progressivement au-delà de ses anciennes limites.

Ce siècle est marqué par l’époque géorgienne (1714 à 1830), avec la perte des colonies américaines, la domination de la mer, le mouvement anti-esclavagiste et un véritable foisonnement culturel.

Le paysage urbain de Londres se transforme

Cet accroissement de population est accompagné par d’autres développements architecturaux notables. De nombreux bâtiments ont ainsi été construits, comme Buckingham Palace en 1703 et Marlborough House en 1711 ; le British Museum fut fondé en 1753 et a ouvert ses portes au public en 1759 ; les murs de la ville furent détruits entre 1760 et 1766, de nouveaux ponts furent construits et de plus en plus d’artisans émergèrent à Londres – tisserands, horlogers, carrossiers, fabricants de meubles, de bijoux et plus.

Le café en tant qu’établissement était un véritable phénomène londonien, lieu où l’on se retrouvait pour débattre de nombreuses idées, favorisé par l’alphabétisation croissante de la population et le développement de l’impression pour la circulation des informations.Lire la suite »Londres au XVIIIe siècle