Jack O’Lantern : la petite histoire de la citrouille d’Halloween

Avant d’être un lampion fabriqué à partir d’un navet ou d’une citrouille, avant de devenir un célèbre esprit d’Halloween, Jack O’Lantern était un homme plus connu sous le nom de Stingy Jack. Voici sa légende…

La légende de Stingy Jack

Stingy Jack était un ivrogne — probablement maréchal-ferrant —, un manipulateur de premier ordre qui prenait plaisir à jouer des tours à tout le monde. Il était surnommé Stingy Jack pour une bonne raison : c’était un sacré radin ! Jack gardait tout son argent pour lui et n’aidait jamais son prochain.

Jack ne possédait pas une once d’humanité et, cette terrible réputation finit par atteindre le Diable qui s’intéressa à lui et voulut le rencontrer. C’est ainsi que dans les collines sombres de l’Irlande rurale, un des démons de Satan se fit passer pour un homme mort attendant de surprendre Jack. Lorsque l’ivrogne vit le corps, un visage dérangé aux yeux écarquillés et un sourire diabolique le regardèrent. Jack sut immédiatement que son temps était maintenant compté et que le Diable voulait collecter son âme. 1

Jack avait une requête avant de quitter ce monde : boire un verre en compagnie du Diable. Satan accepta, et un verre fut suivi d’un autre et d’un autre. Bien vite, il n’y avait pas assez d’argent pour payer. Jack se tourna alors vers son compagnon de boisson et suggéra qu’il se transforme en pièce d’argent pour payer la facture. Le Diable s’exécuta, mais Jack garda l’argent et mit la pièce dans sa poche près d’un crucifix, empêchant Satan de reprendre sa forme originale. Jack finit par délivrer le Diable, avec la condition que celui-ci le laisse tranquille pendant un an.

Une année passa et le Diable se présenta pour collecter l’âme de Jack. Cette fois-ci, Jack demanda au Diable une pomme pour calmer sa faim après le long voyage qu’il venait de faire. Satan s’obligea et grimpa à l’arbre pour sélectionner un fruit. Jack en profita pour graver quatre croix dans l’écorce de l’arbre et empêcha ainsi le Diable de pouvoir redescendre. Cette fois-ci, Jack offrit à Satan sa liberté à la condition de ne pas aller en Enfer. Le Diable n’eut d’autres choix que d’accepter et Jack put continuer son existence tranquillement…

Des années plus tard, Jack mourut. Aux portes du Paradis, l’entrée lui fut naturellement refusée. Jack se rendit alors en Enfer, où le Diable se fit un plaisir de tenir sa promesse, lui refusant l’entrée suite à l’accord qu’ils avaient passé. Jack n’avait nulle part où aller, il ne pouvait alors qu’errer dans le noir, entre les mondes. Satan lui accorda alors un dernier souhait : un morceau de charbon ardent pour l’aider à trouver son chemin. Jack avait aussi un navet avec lui. C’était un de ses aliments préférés et il en gardait toujours un avec lui. Jack évida le navet pour y placer le charbon à l’intérieur. 2 Depuis ce jour, Jack déambulait sur Terre sans pouvoir trouver le repos, s’éclairant avec son navet… C’est ainsi qu’il devient Jack of the Lantern, puis Jack O’Lantern.

Du navet à la citrouille

La communauté irlandaise célébrait le Samain à la fin du mois d’octobre. Cette fête marquait la fin de l’été, mais également le début d’une nouvelle année. C’était aussi le seul jour de l’année où les esprits pouvaient marcher sur Terre, parmi les vivants. La communauté se retrouvait autour d’un grand feu pour conjurer la mauvaise fortune et les mauvais esprits. Si vous ne croyez pas en l’histoire de Stingy Jack, certains pensent que la Jack O’Lantern viendrait d’une vieille tradition celtique où les gens ramenaient une braise du feu de joie chez eux, en la plaçant dans un navet. 3

Si vous croyez en la légende de Stingy Jack, chaque maison découpait un visage menaçant dans des navets, des pommes de terre ou des rutabagas et y mettait une bougie ou du charbon ardent et placer leur lampion à leur fenêtre dans le but d’éloigner les esprits, donc celui de Jack. C’était aussi un moyen pour eux de se rappeler ce qui arrive aux avares de ce monde.

Le Samain connut l’influence du christianisme. Les chrétiens avaient pour habitude d’incorporer les pratiques d’autrui dans les siennes au lieu de les bannir pour entrainer des conversions. Lorsque la Toussaint fut placée au 1er novembre sur le calendrier, le 31 octobre devient la veille de tous les saints, et Samain fut alors rebaptisée All Hallows’ Evening — signifiant veille de la Toussaint. Le jour des Morts — le 2 novembre — fut établi plus tard.

All Hallows’ Evening ou Halloween débarqua en Amérique en même temps que les émigrants irlandais, poussés à partir de chez eux suite à la grande famine, entre 1845 et 1852. Le mildiou, un parasite, avait anéanti dans sa quasi-totalité les cultures locales de pommes de terre, qui étaient la nourriture de base des paysans irlandais. 4

Sur le sol américain, la communauté irlandaise poursuivit ses traditions, racontant la légende de Stingy Jack et continuant à découper une forme de visage, mais le navet laissa sa place à la citrouille qui était bien plus facile à se procurer à l’automne aux États-Unis.s.

  1. Stingy Jack and the History of the Jack-o’-Lantern, Historic Mysteries
  2. Jack O’Lanterns and The Tale Of Stingy Jack, pumpkinnook.com
  3. Original Irish Jack-o-Lanterns were truly terrifying and made of turnips, IrishCentral
  4. Halloween : de la fête à l’épisode spécial dans les séries, Critictoo.com