La reine Élisabeth II en 5 faits

Elisabeth II, mi-1950C’est le 6 février 1952 à l’âge de 25 ans qu’Élisabeth II devint Reine du Royaume-Uni. Son règne de plus de 64 ans (et qui se poursuit) est aujourd’hui le plus long de toute l’histoire du Royaume-Uni. Elle a ainsi vu passer 14 Premiers ministres, 12 présidents américains et 7 papes.

L’approche de The Crown, série Netflix avec Claire Foy dans la peau d’Élisabeth II, nous fait aujourd’hui nous pencher sur cette reine où il y a beaucoup à dire, mais où je me suis contentée de juste 5 faits :

numero-1

Une improbable reine sans passeport

Première fille du duc et de la duchesse d’York, Élisabeth était donc troisième sur la ligne de succession, derrière son oncle Edward (futur Edward VIII) et son père.  Les livres d’histoire sont bien entendu composés de rois et reines improbables qui ont atteint le trône, comme le rappelle encore Élisabeth. Dans le cas présent, elle s’est retrouvée première sur la ligne de succession lorsque son oncle abdiqua en 1936 dans le but de pouvoir épouser Wallis Simpson, un évènement qui plaça son père  (George VI) sur le trône.

Et le passeport dans tout ça ? Élisabeth – qui aurait visité 116 pays durant son règne – n’en possède pas pour la simple et bonne raison qu’ils sont délivrés au nom de Sa Majesté. Pour la même raison, elle n’a pas besoin de permis de conduire.

numero-2

Elle a appris à conduire un camion durant la Seconde Guerre mondiale

Voulant participer à l’effort de guerre, mais n’ayant pu obtenir l’accord de son père, Elisabeth finit par rejoindre en février-mars 1945 l’Auxiliary Territorial Service (ATS)  – la branche féminine de la British Army au cours de la Seconde Guerre mondiale. En tant que subalterne, elle y suit des cours de conduite et de réparation pour les camions de l’armée. Elle obtient quelques mois plus tard le grade de commandant junior honoraire.

numero-3

Elle a payé sa robe de mariée à l’aide de coupons de rationnement

Princesse Elisabeth se maria à Philip Mountbatten, ancien prince de Grèce et du Danemark, le 20 novembre 1947 à l’abbaye de Westminster. Le couple reçut environ 2500 présents venant du monde entier.

Prenant place pendant les premières années d’après-guerre dans un climat économique encore difficile, Elisabeth utilisa des coupons de rationnements pour l’achat du tissu pour sa robe qui fut dessinée par Norman Hartnell.  Notons que le contexte faisait que les proches allemands de Philip, dont ses trois sœurs, ne pouvaient pas être invités au mariage. Le duc de Windsor ne fut pas non plus convié à la fête.

numero-4

Un adolescent lui tira dessus durant la cérémonie du Salut aux couleurs

Heureusement pour la reine Élisabeth, on n’attentait pas à sa vie autant qu’à la reine Victoria. Reste que six coups de feu furent tirés durant la cérémonie du Salut aux couleurs en 1985 – un rassemblement militaire visant à célébrer l’anniversaire officiel du souverain britannique. La Reine Élisabeth a ainsi 2 anniversaires !

L’évènement prit place alors qu’elle descendait The Mall sur son cheval. La police découvrit plus tard qu’il s’agissait de cartouches à blanc. Marcus Sarjeant, le tireur, fut condamné à cinq ans de prison avant d’être libéré au bout de trois années. La reine fut célébrée pour son sang froid et le contrôle de sa monture lors de cet évènement.

Dans un registre légèrement différent, on peut signaler que la reine se réveilla le 9 juillet 1982 dans sa chambre du palais avec un intrus du nom de Michael Fagan. Il s’agit là d’une des pires failles de sécurité pour la famille royale du 20e siècle.

numero-5

À l’origine d’une descendance royale de Corgis

Mécène de plus de 600 organisations, Elisabeth s’intéresse particulièrement à l’équitation et à nos amis à 4 pattes – surtout les fameux Welsh Corgi Pembroke. Elle en a eu plus de 30 durant son règne, tous descendant de son premier corgi nommé Susan. Cet attachement aux corgis remonte à son enfance, s’étant épris de ceux appartenant aux enfants du marquis de Bath.

Elle est connue pour avoir donné le jour au « dorgi », race née du croisement de ses corgis avec les teckels de sa sœur Margaret.

Pour rester dans le domaine animalier, un texte de loi remontant à Édouard II assure que le monarque « possède de fait les baleines et esturgeons pris en mer ou n’importe où dans le royaume. »

Compléter la lecture de cet article en consultant La Reine Victoria en 5 faits.