Par où commencer avec H.G. Wells ?

H.G. WellsNé le 21 septembre 1866 à Bromley dans le Kent, Herbert George Wells, plus connu sous la signature H. G. Wells, est aujourd’hui considéré comme l’un des pères de la science-fiction contemporaine.

Auteur prolifique, il a écrit plus d’une centaine de livres, dont une cinquantaine de romans. Outre la SF, il fut également auteur de romans satirique, de réflexions politiques et sociales et de nombreux ouvrages de vulgarisation touchant aux domaines de la biologie, de l’histoire et du social. Sans oublier de multiples nouvelles, des articles de magazines et autres travaux à l’importance variable.

Entre adaptations et autres références, il est en partie aisé de faire ses premiers pas dans l’œuvre de H.G. Wells. Cela ne signifie pas qu’un petit guide de route ne peut pas venir aider pour s’y retrouver et se familiariser ainsi avec le travail d’un auteur qui aura façonné l’œuvre de nombreux autres.

Alors… Par où commencer H.G. Wells ?

5 romans de SF de H.G. Wells à lire

Une Machine à explorer le temps1. La Machine à explorer le temps

Un inventeur de génie construit une machine extraordinaire qui va lui permettre de se déplacer à travers les siècles. C’est ainsi qu’il atteint l’an 802701. Autour de lui, tout a bien changé, et les premiers habitants qu’il rencontre ont une attitude pour le moins étrange : une sérénité mêlée à une sombre terreur que l’apparition des Morlocks, des êtres peuplant les profondeurs de la terre, va bientôt expliquer…

La guerre des mondes2. La guerre des Mondes

Les martiens attaquent…  Un témoin nous montre le désarroi et la lutte désespérée des hommes face à un cataclysme directement sorti de l’enfer. Si les Martiens sont d’abord présentés comme des êtres faibles (la gravité terrestre, trois fois plus forte que celle de Mars, les empêche effectivement de se mouvoir rapidement), ils ne vont pas tarder à dévoiler leur puissance, qui n’aura d’égale que leur cruauté.

L'homme inivisble3. L’Homme invisible

C’est en hiver que l’étranger s’est installé à l’auberge du village d’Iping. Ses bandages, qui lui enveloppent entièrement la tête, sauf le nez, d’un rouge vif, lui donnent un aspect étrange, assez terrifiant, et les langues vont bon train. On l’aurait peut-être laissé en paix s’il n’avait pas retardé le paiement de sa note et s’il n’y avait pas eu un vol mystérieux au presbytère. Mandat est donné de l’arrêter, mais comment se saisir d’un personnage qui disparaît à mesure qu’il se dépouille de ses vêtements? Quant à l’étranger, obligé d’être nu pour échapper aux poursuites, il souffre cruellement du froid et de la faim.

Ile du Dr Moreau4. L’île du docteur Moreau

Unique survivant d’un naufrage, Edward Prendick est secouru par Montgomery, passager d’un navire faisant route vers une île tropicale avec une cargaison d’animaux. Montgomery est l’assistant du docteur Moreau, un scientifique obsédé par la vivisection et la transfusion sanguine. Prendick découvre avec effroi que, depuis dix ans, les deux hommes se livrent à des expériences sur les animaux, en réalisant des greffes et de multiples interventions chirurgicales, afin d’en faire des hommes capables de penser et de parler.

Lune5. Les Premiers Hommes dans la Lune

Déclaré insolvable et failli, le sieur Bedford se réfugie au bord de la mer pour écrire un drame dont il espère que le succès le sortira de sa présente impécuniosité. L’inspiration se montrant rebelle, il musarde à la fenêtre, remarque un promeneur au comportement bizarre, s’en irrite et l’aborde. Ainsi lie-t-il connaissance avec le savant Cavor, que préoccupe la mise au point d’une matière nouvelle d’où il compte tirer un moyen de se déplacer dans l’espace tandis que Bedford y voit relui de faire fortune, une fois la « Cavorite » jaillie du creuset. C’est alors l’aventure qui entraîne les deux hommes à travers ciel jusqu’au domaine du Grand Lunaire, dans le royaume des Sélé-nites. Expérience réussie, pense Cavor. Mais il avait négligé dans ses calculs le facteur humain…

* Tous les romans de SF citées ci-dessus sont disponibles dans L’omnibus les Chefs-d’oeuvre de H.G. Wells, qui comprend également  M. Barnstaple chez les hommes-dieux, la novella, « Une Histoire des temps à venir », 11 nouvelles, ainsi que le texte de la célèbre adaptation radiophonique de La Guerre des mondes d’Orson Welles.

Au-delà des classiques de SF

tono-bungay1. Un roman semi-autobiographique : Tono-Bungay

George Ponderevo est un étudiant en science qui est sélectionné pour aider à la promotion du « Tono-Bungay », produit vendu comme un remède universel miraculeux mais qui est en fait un stimulant nocif créé par son ambitieux oncle Edward. Dépeignant de façon satirique l’ascension sociale d’Edward, le roman reflète alors la gêne de H.G. Wells face à ce changement qui l’affecte lui aussi.

Mr. Polly2. Le livre préféré d’Orwell par Orwell : L’Histoire de M. Polly

Après quinze ans de mariage sans joie, d’indigestions chroniques et de mauvaises affaires, M. Polly décide d’en finir. Il met le feu à sa maison et part vers une nouvelle vie. C’est dans une auberge de campagne qu’il deviendra un autre homme et trouvera une sorte de bonheur.3. Œuvres biographiques

 

H.G. Wells3. Œuvres biographiques

Derrière les écrits se cachent donc H.G. Wells. Pour en savoir plus sur l’auteur en lui-même, il existe entre autres H.G. Wells: War with the World, un film BBC Two (avec Michael Sheen dans le premier rôle) ou encore H.G. Wells: Another Kind of Life, une biographie (disponible en anglais seulement) signée Michael Sherborne.

La Carte des Séries TV Britanniques

La ville où se passe l’action d’une série joue un rôle important dans les évènements qui y prennent place.

L’américain Tim Ritz a réalisé (en 2016) une carte pour les amateurs de séries TV venant du Royaume-Uni et d’Irlande. Découlant de questions venant de sa femme, le designer a ainsi fait un plan qui permet de localiser où se déroule l’action de nombreuses séries — ainsi que de savoir où elles sont filmées.

Une section séparée existe pour le Grand Londres où de nombreuses productions prennent place et ne pouvaient donc pas être bien representer en restant à l’échelle du reste de la carte.

Vous pouvez retrouver la carte sur le site de Tim Ritz. Elle est par ailleurs en vente sur le site Society6.

Carte des séries TV Britanniques

Carte TV Britannique du Nord

Carte TV Britannique de Londres

Vous pouvez compléter cet article avec la lecture du Guide Ultime des séries britanniques diffusées en 2016.

Pimm’s, le plus british des cocktails

Pimm's

Il est difficile de faire plus british que le Pimm’s. Cette marque d’alcool qui a été produite pour la première fois en 1823 par James Pimm ( qui est détenu par Diageo depuis 1997) est donc une sorte d’institution en Angleterre. Son produit le plus populaire est le Pimm’s No. 1 Cup

Une petite note d’histoire

Fils du fermier James Norris Pimm et de son épouse Susannah, James Pimm est né et a grandi à Newnham dans le Kent. Il fera ses études à Édimbourg en Écosse où il se consacrera à la théologie. Alors au début de sa vingtaine, James s’installe à Londres où il s’établit en tant que semeur de crustacés, première étape dans sa carrière dans la restauration. Pas grand-chose à voir avec la théologie donc.

James Pimm

James Pimm

Il ouvre son premier bar à huitres en 1823 qui aurait été situé en face de Buckingham Palace. La famille royale était alors des clients réguliers de son bar. Cette année-là, Pimm épouse Mary Southernden Mallery Mary. Ils auront 11 enfants, bien que peu atteindront l’âge adulte. James Pimm sera un homme d’affaires à succès, ayant développé une chaine de 5 restaurants en 10 ans.

Il développe son tonic (sa boisson à base de gin qui contient un mélange secret d’herbes et de liqueurs) pour aider à la digestion et la sert alors sous le nom de No. 1 Cup. Il se lance à partir de 1851 dans une production plus importante pour réussir à suivre les commandes qui viennent d’autres bars. Le produit est commercialisé en 1859, apparemment avec des vendeurs à bicyclette.

Pimm vend son business et le droit d’utiliser son nom en 1865. Le reste appartient donc à l’histoire, avec le développement d’une franchise et la création d’autres « cups ». La marque traversera une période difficile dans les années 1970 et 1980 qui fera que la marque finira, à coup d’entreprise rachetée par d’autres entreprises, chez Diageo.

La recette du Pimm’s

Il existe à un moment 6 variantes, chacune avec une boisson spiritueuse différente servant de base. Les numéros 2  à 5 ont été arrêtés d’être produits durant les années 70 suite à un manque de demande. Depuis 2005, il existe le Pimm’s Winter Cup qui est un dérivé du Pimm’s No. 3 Cup (à base de brandy) avec des épices et des épluchures d’orange. Cette recette est inspirée par la version de BBC.

Ingrédients

200 ml de Pimm’s No. 1
600ml limonade
Des rondelles de citron
Des rondelles de concombre
Des rondelles d’orange
Des fraises
De la menthe fraiche
Des glaçons

preparation

Dans un grand pichet rempli de glaçons, verser le sirop de Pimm’s et la limonade. Bien remuer (Tom Cruise style of course ! )
Ajouter les rondelles de citron, d’orange, de concombre, la fraise et la tige de menthe.
Mélanger avec un touilleur à cocktail et laisser reposer 5 minutes avant de le boire.

Pour une occasion spéciale, utiliser du champagne ou du prosecco à la place de la limonade.

Que veut dire Crikey ?

Crikey

Aujourd’hui fréquemment utilisé en Australie, Crikey nous vient de Grande-Bretagne. C’est à l’origine un euphémisme pour Dieu, utilisé à la place de « Christ » ou « For Christ’s Sake ! » pour éviter de blasphémer. N’oublions pas qu’il fut un temps où cela pouvait vous coûter une pièce.

Crikey était utilisé couramment en Angleterre jusque dans les années 60 en tant qu’exclamation. On considère donc aujourd’hui que le mot est employé pour exprimer un (léger) sentiment de surprise. Il n’est juste plus autant à la mode qu’avant et semble avoir perdu une partie de sa connotation religieuse.

Mon Dieu ! Oh Mon Dieu
Mince ! Mince Alors !

Crieky par Matthew Crawley

Les séries britanniques 2016, le guide ultime

Retrouvez ici toutes les séries britanniques diffusées sur le petit écran anglais entre le 1er janvier et le 31 décembre 2016. Sont exclues les productions dont la diffusion a démarré l’année précédente même si la saison s’est achevée en 2016. Vous retrouverez d’abord une liste des nouveautés qui sont présentées. Rendez-vous en bas de page pour retrouver celles qui ont fait leur retour.

Ce guide sera mis à jour au fur et à mesure de l’année.

The A Word (Saison 1 – BBC One) – Renouvelée pour une saison 2

The A Word saison 1

Création de Peter Bowker (Monroe, D’Une vie à l’autre), The A Word est une série familiale qui s’intéresse aux Hughes. Ces derniers forment une famille comme une autre jusqu’au jour où leur plus jeune fils est diagnostiqué autiste. Soudainement, ses membres n’ont plus l’impression d’être une famille tout à fait ordinaire. Ils réalisent que pour que leur fils parvienne à communiquer, ils vont devoir eux-mêmes apprendre à communiquer. Christopher Eccleston, Lee Ingleby, Morven Christie, Greg McHugh, Vinette Robinson et le nouveau venu Max Vento forment le casting. Read More

Visiter Cambridge et Grantchester pour marcher dans les pas de Sidney Chambers

GrantchesterAdaptation des romans de James Runcie, Grantchester nous entraine dans ce village du Cambridgeshire sis sur la rivière Cam. Connu pour abriter la plus grande population de Prix Nobel et pour la chanson Grantchester Meadows de Pink Floyd, c’est aussi là où s’est installé Rupert Brooke pour écrire de la poésie et où Sidney Chambers donne des sermons !

King’s College

Avant de quitter Cambridge pour le village de Grantchester, un détour par le King’s College est obligatoire. C’est là où Sidney a étudié et où il enquêtera sur un apparent suicide dans le second épisode de la saison 2.

Attention par contre au prix d’entrée que l’on peut considéré comme élevé dans le sens où vous ne pourrez rentrer à l’intérieur. Reste que vous pourrez voir la cour intérieure et sa magnifique chapelle.

King's College

De Cambridge à Grantchester avec un bachot (ou « Punt » en anglais), en bus ou à vélo

Sidney Chambers se déplace régulièrement en vélo, alors pourquoi pas vous ? Vous pouvez aussi privilégier la marche ou tout simplement la barque à fond plat (ou en canoë-kayak) qui vous permettra de profiter pleinement du décor tout en assurant une activité sportive. Vous pouvez donc « louer » votre moyen de transport pour la journée pour arriver à bon port. A vous de choisir en fonction de votre bourse et de ce que vous comptez faire.

Pique-niquer dans les prairies de Grantchester

De nombreux touristes viennent à Grantchester pour pique-niquer, et ce bien avant d’avoir vu Sidney Chambers sur son vélo dans les prairies. Pink Floyd n’y est sûrement pas pour rien.

Grantchester Meadows

Grantchester Meadows : parfait pour pique-niquer avec Sidney Chambers !

Dans les rues de Grantchester avec auberge et pubs

Sidney Chambers est-il passé par là ? Nous sommes en balade après tout où l’on peut admirer les cottages, les fermes, les maisons à toits de chaume, les pubs et les auberges où l’on s’arrêtera peut-être. Se trouvent alors The Red Lion, The Green Man ou encore The Blue Ball Inn pour se ressourcer et profiter du village.

The Church of St Andrew & St Mary

Vous ne pourrez peut-être pas entendre un sermon de Sidney en personne, mais que cela n’empêche pas d’aller admirer cette église située au centre du village qui ne date pas d’une seule période. La partie la plus ancienne (le chœur) remonte au 14e siècle. La nef et la tour date du 15e siècle, tandis que le bas-côté sud a été ajouté dans les années 1870.

The Church of St Andrew and St Mary

The Church of St Andrew & St Mary

Boire du thé à The Orchard

Quelques mètres plus bas, vous pouvez choisir de vous arrêter à The Orchard, jardin de thé où vous pourrez aussi déjeuner. Ouvert depuis 1897, le lieu est connu pour y accueillir beaucoup d’étudiants de Cambridge et aura acquis une certaine célébrité lorsque le poète Rupert Brooke y prit un logement en 1909. Sa présence attira d’autres noms, dont Virginia Woolf, John Maynard Keynes et E.M. Forster.

Vous pouvez ensuite continuer votre promenade pour vous diriger vers l’étang du moulin (The Mill Pond) pour retrouver le chemin du retour par le sentier qui longe la rivière.

En cas de doute, pas de panique ! Grantchester est un petit village (en 2011, le recensement indiquait 540 habitants), il ne devrait pas falloir trop de temps pour vous y retrouver !

Compléter la lecture de cet article en vous plongeant dans la lecture des livres de James Runcie ou en visionnant la série Grantchester tout simplement.

Les 100 meilleurs films britanniques du XXème siècle (selon le BFI)

The Third Man (Le Troisième Homme)

En 1999, le British Film Institute a réalisé un classement des cent meilleurs films britanniques du XXe siècle après avoir sondé 1000 personnes. Ces derniers devaient alors choisir 100 longs-métrages « culturellement britanniques ».

Les années 60 sont les plus représentées dans la liste avec un total de 26 films pour la période.
Les 39 marches est le film le plus ancien (1935) alors que Shakespeare in love est le film le plus récent.
David Lean est le réalisateur le plus populaire avec 7 films, alors qu’Alec Guinness est l’acteur le plus représenté avec neuf films (dont 3 où il n’est qu’en rôle secondaire). Michael Caine est l’acteur vivant qui a le plus de films dans cette liste (7), alors que Julie Christie est l’actrice qui en a le plus (6).
Il n’y a que des réalisateurs masculins.

1. Le Troisième homme (1949, Carol Reed)
2. Brève rencontre (1945, David Lean)
3. Lawrence d’Arabie (1962, David Lean)
4. Les 39 marches (1935, Alfred Hitchcock)
5. Les Grandes espérances (1946, David Lean)
6. Noblesse oblige (1949, Robert Hamer)
7. Kes (1969 Ken Loach)
8. Ne vous retournez pas (1973, Nicolas Roeg)
9. Les Chaussons rouges (1948, Michael Powell, Emeric Pressburger)
10. Trainspotting (1996, Danny Boyle)

11. Le Pont de la rivière Kwai (1957, David Lean)
12. If… (1968, Lindsay Anderson)
13. The Ladykillers, Tueurs de dames (1955, Alexander Mackendrick)
14. Samedi soir, dimanche matin (1960, Karel Reisz)
15. Le Gang des tueurs (1947, John Boulting)
16. Get Carter (La Loi Du Milieu) (1971, Mike Hodges)
17. De l’or en barre (1951 Charles Crichton)
18. Henry V (1944, Laurence Olivier)
19. Les Chariots de feu (1981, Hugh Hudson)
20. Une Question de vie ou de mort (1946 Michael Powell, Emeric Pressburger)

21. Du sang sur la Tamise (1980, John Mackenzie)
22. The Servant (1963, Joseph Losey)
23. 4 mariages et 1 enterrement (1994, Mike Newell)
24. Whisky à gogo (1949, Alexander Mackendrick)
25. The Full Monty (1997, Peter Cattaneo)
26. The Crying Game (1992, Neil Jordan)
27. Le Docteur Jivago (1965, David Lean)
28. Monty Python : La Vie de Brian (1979, Terry Jones)
29. Withnail et moi (1987, Bruce Robinson)
30. Une fille pour Gregory (1980, Bill Forsyth)

31. Zoulou (1964, Cy Endfield)
32. Les Chemins De La Haute Ville (1958, Jack Clayton)
33. Alfie (1966, Lewis Gilbert)
34. Gandhi (1982, Richard Attenborough)
35. Une femme disparaît  (1938, Alfred Hitchcock)
36. L’Or se barre( 1969, Peter Collinson)
37. Local Hero (1983, Bill Forsyth)
38. The Commitments (1991, Alan Parker)
39. Un poisson nommé Wanda (1988, Charles Crichton)

40. Secrets et mensonges(1995, Mike Leigh)
41. James Bond contre Dr No (1962, Terence Young)
42. La Folie du roi George (1994, Nicholas Hytner)
43. Un homme pour l’éternité (1966, Fred Zinnemann)
44. Le narcisse noir (1947, Michael Powell, Emeric Pressburger)
45. Colonel Blimp (1943, Michael Powell, Emeric Pressburger)
46. Oliver Twist (1948, David Lean)
47. Après moi le déluge (1959, John Boulting)
48. Performance (1970, Nicolas Roeg, Donald Cammell)
49. Shakespeare in Love (1998, John Madden)
50. My Beautiful Laundrette (1985, Stephen Frears)

51. Tom Jones (1963, Tony Richardson)
52. Le Prix d’un homme (1963, Lindsay Anderson)
53. My Left Foot (1989, Jim Sheridan)
54. Brazil (1985, Terry Gilliam)
55. Le Patient Anglais (1996, Anthony Minghella)
56. Un Gout de miel (1961, Tony Richardson)
57. (1970, Joseph Losey)
58. L’homme au complet blanc (1951, Alexander Mackendrick)
59. Ipcress, danger immédiat (1965 Sidney J Furle)
60. Blow Up (1966, Michelangelo Antonioni)

61. La Solitude du coureur de fond (1962, Tony Richardson)
62. Raison et Sentiments (1995, Ang Lee)
63. Passeport pour Pimlico (1949, Henry Cornelius)
64. Les Vestiges du jour (1993, James Ivory)
65. Sunday, Bloody Sunday (1971, John Schlesinger)
66. The Railway Children (1970, Lionel Jeffries)
67. Mona Lisa (1986, Neil Jordan)
68. Les briseurs de barrages (1955, Michael Anderson)
69. Hamlet (1948, Laurence Olivier)
70. Goldfinger (1964, Guy Hamilton)

71. Elizabeth (1998, Shekhar Kapur)
72. Au revoir M. Chips (1939, Sam Wood)
73. Chambre avec vue (1985, James Ivory)
74. Le Chacal (1973, Fred Zinnemann)
75. La Mer cruelle (1952, Charles Frend)
76. Billy le menteur (1963, John Schlesinger)
77. Oliver ! (1968, Carol Reed)
78. Le Voyeur (1960, Michael Powell)
79. Loin de la foule déchaînée (1967, John Schlesinger)
80. Meurtre dans un jardin anglais (1982, Peter Greenaway)

81. Orange mécanique (1971, Stanley Kubrick)
82. Distant Voices, Still Lives (1988, Terence Davies)
83. Darling (1965, John Schlesinger)
84. L’Éducation de Rita (1983, Lewis Gilbert)
85. Les Virtuoses (1996, Mark Herman)
86. Genevieve (1953, Henry Cornelius)
87. Women in Love (1969, Ken Russell)
88. The Beatles – Quatre garçons dans le vent (1964, Richard Lester)
89. Fires Were Started (documentaire, 1943, Humphrey Jennings)
90. La Guerre à 7 ans : Hope and Glory (1987, John Boorman)

91. My Name is Joe (1998, Ken Loach)
92. Ceux qui servent en mer (1942 Noel Coward, David Lean)
93. Caravaggio (1986, Derek Jarman)
94. The Belles of St Trinian’s (1954, Frank Launder)
95. Life Is Sweet (1990, Mike Leigh)
96. The Wicker Man (1973, Robin Hardy)
97. Ne pas avaler (1997, Gary Oldman)
98. Small Faces (1995, Gillies Mackinnon)
99. Carry On Up the Khyber (1968, Gerald Thomas)
100. La Déchirure (1984, Roland Joffe)

Compléter la lecture de cet article en explorant la liste des 100 meilleurs romans britanniques… selon des critiques non-britanniques.