Le Jour de la Serviette, l’hommage à Douglas Adams

serviettesLa galaxie est un vaste lieu qui nécessite sans aucun doute de s’y rendre avec un guide. La référence en la matière n’est autre que Le Guide du voyageur galactique qui nous conseille de posséder une serviette, objet le plus utile pour le voyageur.

Coïncidant avec le Geek Gay Pride, le jour de la serviette – ou Towel Day –  est une célébration annuelle prenant place tous les 25 mai qui rend hommage à l’écrivain britannique et auteur du guide, Douglas Adams (11 mars 1952 – 11 mai 2001).

Le Guide galactique a son mot à dire au sujet des serviettes :

 

      La serviette, nous apprend-il, est sans doute l’objet le plus vastement utile que puisse posséder le routard interstellaire. D’abord, par son aspect pratique : vous pouvez vous draper dedans pour traverser les lunes glaciales de Jagran Bêta ; vous pouvez vous allonger dessus pour bronzer sur les sables marbrés de ces plages irisées de Santraginus V où l’on respire d’entêtants embruns ; vous pouvez vous glisser dessous, pour dormir sous les étoiles, si rouges, qui embrasent le monde-désert de Karafon ; vous en servir pour gréer un mini-radeau sur les eaux lourdes et lentes du fleuve Mite ; une fois mouillée, l’utiliser en combat à mains nues ; vous encapuchonner la tête avec afin de vous protéger des vapeurs toxiques ou bien pour éviter le regard du hanneton glouton de Tron (un animal d’une atterrante stupidité : il est persuadé que si vous ne le voyez pas, il ne vous voit pas non plus – con comme un balai mais très, très, très glouton) ; en cas d’urgence, vous pouvez agiter votre serviette pour faire des signaux de détresse et, bien entendu, vous pouvez toujours vous essuyer avec si elle vous paraît encore assez propre.

Le monde de la science-fiction serait bien différent sans cet écrivain humoristique et imaginatif qui nous aura offert avec sa trilogie en 5 livres plus qu’un guide de voyage, un véritable guide de survie existentielle. Comme dans la galaxie, il est aisé de se perdre dans la vie avec de nombreuses questions (dont celle sur la vie, l’univers et le reste) et on a certainement bien besoin d’un guide – et d’une serviette.

Guide Serviette

      Plus important, la serviette revêt une considérable valeur psychologique : si, pour quelque raison, un rampant (rampant : non routard) découvre qu’un routard a sur lui une serviette, il en déduira illico que ce dernier possède également brosse à dents, gant de toilette, savonnette, boîte de biscuits, gourde, boussole, carte, pelote de ficelle, crème à moustiques, imperméable, scaphandre spatial, etc. Mieux encore, le rampant sera même heureux de prêter alors au routard l’un ou l’autre des susdits articles (voire une douzaine d’autres) que ledit routard aurait accidentellement pu « oublier » ; son raisonnement étant que tout homme ainsi capable de sillonner de long en large la Galaxie en vivant à la dure, de zoner en affrontant de terribles épreuves et de s’en tirer sans avoir perdu sa serviette ne peut être assurément qu’un homme digne d’estime.

 

      D’où cette phrase, désormais passée dans l’argot de la route : Hé, t’as coincé ce padard de Ford Escort ? Voilà un poton qui n’a pas perdu sa serviette ! (coincer : percevoir / connaitre / rencontrer / avoir des rapports sexuels avec // padard : mec vraiment chié // poton : mec vraiment superchié).1

Le choix de mettre l’emphase sur la serviette est une référence au The Hitchhiker’s Guide To Europe de Ken Welsh, qui a servi d’inspiration à Douglas Adams et qui pointait du doigt l’importance des serviettes.

Cette commémoration a commencé en 2001, la première s’étant tenu deux semaines après le décès d’Adams.  Elle requiert principalement de se balader avec une serviette. Différents évènements sont organisés dans de multiples pays pour célébrer dignement cette journée. Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site Towelday.org (site créé par les fondateurs de cette journée). En France, l’association Le Grand Ordre de la Serviette (GOS) — ayant pour but de célébrer la culture et l’humour britannique — vous servira de guide. Quoi qu’il arrive, n’oubliez pas votre serviette !

  1. traduction de Jean Bonnefoy, édition 2003 du Guide Galactique chez Folio SF